À la Une

Textes sans frontières

du 16 novembre au 2 décembre, Kulturfabrik / Esch sur Alzette ; Le Nest / Thionville ; Théâtre du Centaure / Luxembourg ; Théâtre de Saulcy / Metz ; Médiathèque Voyelles / Charleville-Mézières

Textes sans frontière est un projet transfrontalier qui s'articule autour de la rencontre entre des structures culturelles, des universités et des associations d'éducation populaire. Cette année, c'est la Grèce avec sa scène dramatique foisonnante qui est mise à l'honneur avec en lecture :

  • Démon de Maria Efstathiadi
    traduit par Anne-Laure Brisac
    Inspiré du roman de Dostoïevski, ce monologue à trois voix nous amène dans les tréfonds de l'humain par la grâce d'une langue précise, ciselée et poétique.
     
  • Dévastation de Dimitris Dimitriadis
    traduit par Michel Volkovitch
    Les Atrides doivent se réveiller et jouer à nouveau leur tragédie. Sauf que cette fois, ils n'en ont pas envie. Une fable tragique et pourtant pleine d'humour, qui nous parle aussi de l'art du théâtre.
     
  • Wolfgang de Yannis Mavritsakis
    traduit par Dimitra Kondylaki et Emmanuel Lahaie
    À partir d'un fait divers – sordide histoire d'enlèvement et de séquestration – Yannis Mavritsakis a créé ce texte à l'humour grinçant, qui nous amène subrepticement sur le terrain interdit de la séduction du mal...
     
  • Famina (boulot de merde) de Yannis Mavritsakis
    traduit par Dimitra Kondylaki et Emmanuel Lahaie
    Pièce à deux voix – celle d'une employée de fast-food et celle d'un étrange surveillant vocal – Famina dévoile, à travers une écriture faisant la part belle à la subjectivité, les univers intérieurs de ceux que leur travail tendrait à robotiser.


"Il faudrait sortir le chien" de Tomislav Zajec

le 15 novembre, Médiathèque de Vaise, Lyon

Un homme raconte une journée dans son existence, alors qu’il n’est plus. Est-il mort, est-il simplement absent au monde ? Qu’importe, il accompagne son propre personnage à travers une après-midi où il tente de renouer le dialogue avec une jeune femme qu’il a quittée sans explication, et son père, un vieil homme avec lequel il n’a jamais réussi à communiquer.
Mise en lecture de Christian Taponard
Traduit du croate par Karine Samardžija
Prix « Domaine étranger » des Journées de Lyon des auteurs de théâtre


Palmarès des aides à la traduction 2018

Sélectionnés sur dossiers par un comité réunissant une vingtaine de professionnels, découvrez ici les 14 projets de traductions soutenus cette année par la Maison Antoine Vitez.
Ces traductions seront disponibles sur notre site courant 2019.



La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)