À la Une

"J'appelle mes frères" de Jonas Hassen Khemiri

du 17 au 19 janvier, Comédie de Béthune

Amor traverse la ville sous le regard des passants. Rien de plus banal. Mais le lendemain d’un attentat, ce jeune homme issu de l’immigration a conscience que le regard sur lui n’est plus le même. Amor, qui passait jusque là inaperçu, se pose des questions : « Je ne sais pas si l’ambiance a changé ou si c’est moi qui m’imagine des choses… ».
Récompensée par de nombreux prix et traduite en de nombreuses langues, l’oeuvre de Jonas Hassen Khemiri est puissamment ancrée dans l’aujourd’hui. Les paysages dans lesquels évoluent ses personnages appartiennent à ce que l’auteur appelle des « zones grises », là où gagne la complexité, où on s’éloigne des stéréotypes.
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy.
Mise en scène de Noémie Rosenblatt.


"La Fée dans le mur" de Bae Samsik

jeudi 18 janvier, Sorbonne - Amphithéâtre Richelieu, Paris

La Fée dans le mur, est l'épopée d'une famille coréenne dans la période d'après-guerre, qui aspire à la liberté, et qui vit la suspicion, le labeur, les moqueries et les entourloupes, mais aussi les joies, les amours et les changements d'un pays qui découvre la modernité à un rythme accéléré. La pièce, traduite du coréen par Isabelle Hignette est un monologue polyphonique pour une actrice interprétant 32 personnages.
Mise en scène d'Élodie Coudert.


"Lune jaune" de David Greig

du 23 au 30 janvier, Comédie de l'est

Leila la silencieuse et Lee le mauvais garçon. Deux adolescents rejetés et stigmatisés, à l’existence fragile. Lee vit seul avec sa mère Jenni depuis que son père est parti quand il avait cinq ans, en lui laissant pour seul souvenir une casquette. Lee rêve de faire fortune grâce au crime, de devenir, pourquoi pas, le premier mac d’Inverkeithing. Leila est une bonne petite, mais son corps l’encombre… Il y a aussi Billy, le beau-père de Lee, qui voudrait offrir une bague à Jenni. Un mauvais départ, une erreur, un meurtre, et voilà Lee fuyant avec Leila la silencieuse, en plein hiver, dans les collines hostiles, à la recherche de son père. Le garde-chasse les recueille. Trois individus perdus qui se trouvent et qui s’égarent…
Traduit de l'anglais par Dominique Hollier.
Mise en scène de Laurent Crovella.



La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)