À la Une

La MAV a déménagé

Ça y est ! Nos nouveaux bureaux sont installés aux Plateaux Sauvages, dynamique lieu culturel du XXe arrondissement de Paris, où Laëtitia Guédon et son équipe nous accueillent.
Le téléphone reste inchangé et la nouvelle adresse postale est : 5 rue des Plâtrières, 75020 Paris.
Pensez à modifier vos fichiers.
Et, venez nous rendre visite !


"Pour ton bien" de Pier Lorenzo Pisano

les 23 et 24 mai, Théâtre Ouvert, Paris

La pièce, traduite par Federica Martucci, a remporté le prix Riccione – Tondelli en 2017. Il est question de la famille, thématique chère aux auteurs italiens mais qui trouve ici dans l’écriture de Pisano une saveur nouvelle et originale dans une veine drôle et grinçante. L’intrigue est simple : un fils aîné (fils prodigue) est rappelé par sa mère dans la maison familiale car le père va mal. Revenir là où on a grandi constitue une immersion dans l’identité première. Pisano fait sentir, au fil des scènes, à quel point cette immersion peut être à la fois douloureuse, car tissée de culpabilités, récriminations, regrets, non-dits mais aussi de joies, souvenirs tendres, affection…
Mise en espace de Tommy Milliot.


Festival Regards Croisés

du 23 au 29 mai, Nouveau-Théâtre-Saint-Marie-d’en-Bas, Grenoble

Troisième bureau est un collectif artistique pluridisciplinaire composé de comédiens, d’auteurs, de metteurs en scène, de professionnels du livre, d’enseignants et d’universitaires, réunis en comité de lecture. Pour cette 18e édition de Regards croisés qui posera la question de la « diversité culturelle dans les écritures dramatiques », sont invités plus de 20 auteurs et traducteurs.
Les textes MAV à découvrir :

  • Islande de Lluïsa Cunillé (Catalogne)
  • Le Cimetière de l’éléphante de George Brant (États-Unis)
  • La Maladie de Deter de Nicola Wilson (Angleterre)


"Luna-Park Lénine" de Ksénia Dragounskaïa

le 28 mai à 15h, Maison des Auteurs – SACD, Paris

En Russie, un parc d’attraction laissé à l’abandon, après la chute du régime communiste. Désaffecté comme un vestige d’une époque révolue, il est à l’image de la fracture qui se creuse entre et à l’intérieur des personnages oscillant entre la douce nostalgie d’un passé rouillé et le désœuvrement du présent.
Bien que profondément russe, cette pièce, traduite par Hélène Henry-Safier, aborde, avec une douce mélancolie, la fracture entre la capitale et la province, entre les happy few pouvant jouir du progrès de la mondialisation et ceux qui sont restés abandonnés en marge de l’Histoire.
Mis en espace par Cyril Desclés.


Dernières traductions


La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)