À la Une

"Habiter le temps" de Rasmus Lindberg

Disponible aux éditions Espaces 34

Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy.
Dans une maison de famille, trois histoires, situées à trois époques différentes (1913, 1968, aujourd’hui), tissent le récit d’une saga familiale. Un évènement dramatique qui s’est produit en 1913 a ainsi des conséquences sur les générations suivantes.
Ces trois couples dont les destins se font écho dialoguent à travers le temps de façon sensorielle révélant leurs blessures, leur incapacité à vivre, leur culpabilité. Les mensonges des uns se répercutent sur ceux des autres et, comme dans un chœur polyphonique, chacun exprime son désarroi. Les répliques se croisent pour façonner un thriller psychologique où chacun donne progressivement à entendre sa propre version de la réalité.


"mauvaise" de debbie tucker green

Disponible aux Éditions Théâtrales

Traduit de l'anglais par Gisèle Joly, Sophie Magnaud et Sarah Vermande.
« des bouts, ça fait pas l’plus gros et l’plus gros ça fait pas l’tout et tous tes bouts ensemble ça fait pas qu’ta version elle est vraie ni mainnant ni après. »
Une mère, un père, trois sœurs, un frère. Une des filles veut parler et ne s’arrêtera pas avant que les autres ne s’y mettent.
Avec une dextérité verbale stupéfiante, mauvaise de debbie tucker green offre une plongée en apnée dans les abysses des relations familiales.
Un drame sans concessions, récompensé au Royaume-Uni par le Laurence Olivier Award 2004 de la révélation théâtrale.



La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)