À la Une

"Insoutenables longues étreintes" d’Ivan Viripaev

du 4 au 21 décembre, Théâtre de la Cité, Toulouse

Ici, Ivan Viripaev affronte une question fondamentale qui était en germe dans ses textes précédents : comment transformer la destructivité du monde extérieur en une force intérieure de créativité, comment, à travers des choix profondément intimes et secrets, nous sommes à même de construire une réalité commune et partagée.
Traduit du russe par Galin Stoev et Sacha Carlson.
Mise en scène de Galin Stoev.
Disponible aux éditions Les Solitaires intempestifs.


"Love, Love, Love" de Mike Bartlett

du 5 au 29 décembre, Théâtre de Belleville, Paris

Que reste-t-il de la génération Peace and Love ? De cette utopie qui symbolise comme aucune autre l’élan de révolte de la jeunesse ? Comment aujourd’hui réinventer le monde ? En suivant l’histoire d’une famille sur trois époques – des années 70 à nos jours – Mike Bartlett nous offre une vision caustique de la société et de l’évolution de la cellule familiale sur trente ans.
Traduit de l’anglais par Kelly Rivière et Blandine Pélissier.
Mise en scène de Nora Granovsky.
Disponible aux éditions Actes Sud-Papiers.


"Ami malade" de Nis-Momme Stockmann

le 30 novembre à 20h30, Comédie-Française, Studio-Théâtre, Paris

Un homme d'une trentaine d'année - en l'occurrence le narrateur - revient dans la ville en déshérence de ses jeunes années. Il ne s'y est jamais trouvé bien, mais son malaise est encore augmenté par l'étrange maladie dont souffre Mirko, son meilleur ami ; ce dernier est soigné par sa compagne Nora, dont l'homme était jadis amoureux. Progressivement, tout se délite...
Traduit de l'allemand par Silvia Berutti-Ronelt et Christophe Perton.
Mise en lecture de Nâzim Boudjenah.



La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)