À l'affiche

"Le Traitement" de Martin Crimp

du 8 au 23 février, Théâtre des Abbesses, Paris

Une jeune femme, à New York, vend son histoire à des gens de théâtre peu scrupuleux qui se la réapproprient en la conjuguant avec la nouvelle pièce d'un vieil auteur dont les derniers succès datent de près d'un demi-siècle et les exigences d'une star de cinéma.
Traduite de l'anglais par Elisabeth Angel-PerezLe Traitement est une pièce captivante sur la dépossession et le pouvoir des mots.
Mise en scène de Rémy Barché.
Disponible aux éditions de l'Arche.


"Chroniques d'une révolution orpheline" de Mohammad Al Attar

du 2 au 10 février, MC93, Bobigny

Au printemps 2011, les premières manifestations pour la démocratie s’organisent ici et là en Syrie. Ces rassemblements sont sévèrement réprimés mais suscitent dans le monde le formidable espoir que le peuple syrien puisse enfin s’émanciper de la dictature. Pour Leyla-Claire Rabih (traductrice des textes avec Jumana Al-Yasiri) s’impose le besoin de concevoir un travail dramatique autour des premiers temps de cette révolution aujourd’hui « orpheline » et abandonnée par ses premiers soutiens.


"Ailleurs et maintenant" de Toshiki Okada

disponible aux éditions Espaces 34

Traduit du japonais par Corinne Atlan.
Texte inclassable, long monologue en forme de journal de bord, Ailleurs et maintenant est un voyage au sein des réflexions intimes d’un metteur en scène en plein questionnement. Voyage littéral, puisque la troupe, en tournée à travers le monde, passe d’un aéroport à un autre, voyage spirituel puisque Toshiki Okada s’interroge sur son être au monde. Envoutant par sa musique interne et par sa forme, Ailleurs et maintenant est une tentative de réponse à une question cruciale, au centre du texte : comment inventer une forme nouvelle de théâtre ?
Création à la Maison du théâtre d’Amiens, dans une mise en scène de Jérôme Wacquiez, les 22 et 23 janvier.


"Lune jaune" de David Greig

du 23 au 30 janvier, Comédie de l'est

Leila la silencieuse et Lee le mauvais garçon. Deux adolescents rejetés et stigmatisés, à l’existence fragile. Lee vit seul avec sa mère Jenni depuis que son père est parti quand il avait cinq ans, en lui laissant pour seul souvenir une casquette. Lee rêve de faire fortune grâce au crime, de devenir, pourquoi pas, le premier mac d’Inverkeithing. Leila est une bonne petite, mais son corps l’encombre… Il y a aussi Billy, le beau-père de Lee, qui voudrait offrir une bague à Jenni. Un mauvais départ, une erreur, un meurtre, et voilà Lee fuyant avec Leila la silencieuse, en plein hiver, dans les collines hostiles, à la recherche de son père. Le garde-chasse les recueille. Trois individus perdus qui se trouvent et qui s’égarent…
Traduit de l'anglais par Dominique Hollier.
Mise en scène de Laurent Crovella.


"Nzularchia (La Trouille)" de Mimmo Borrelli

31 janvier, Maison de la Poésie, Avignon / 1er février, Maison des littératures, Nîmes

Les élèves du Cours Florent de Montpellier, en partenariat avec la Maison Antoine Vitez, ont mis en place un comité de lecture. Dirigés par Bruno Paternot, ils ont choisi de donner à entendre la langue riche de Mimmo Borelli qui mêle et réinvente plusieurs parlés italiens. Traduit par Jean-Paul Manganaro, elle vient sonder les tréfonds de l'humanité et des rapports père-fils.

Les lectures suivies d’une rencontre, se feront en présence de l’auteur et du traducteur.


"J'appelle mes frères" de Jonas Hassen Khemiri

du 17 au 19 janvier, Comédie de Béthune

Amor traverse la ville sous le regard des passants. Rien de plus banal. Mais le lendemain d’un attentat, ce jeune homme issu de l’immigration a conscience que le regard sur lui n’est plus le même. Amor, qui passait jusque là inaperçu, se pose des questions : « Je ne sais pas si l’ambiance a changé ou si c’est moi qui m’imagine des choses… ».
Récompensée par de nombreux prix et traduite en de nombreuses langues, l’oeuvre de Jonas Hassen Khemiri est puissamment ancrée dans l’aujourd’hui. Les paysages dans lesquels évoluent ses personnages appartiennent à ce que l’auteur appelle des « zones grises », là où gagne la complexité, où on s’éloigne des stéréotypes.
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy.
Mise en scène de Noémie Rosenblatt.


"La Fée dans le mur" de Bae Samsik

jeudi 18 janvier, Sorbonne - Amphithéâtre Richelieu, Paris

La Fée dans le mur, est l'épopée d'une famille coréenne dans la période d'après-guerre, qui aspire à la liberté, et qui vit la suspicion, le labeur, les moqueries et les entourloupes, mais aussi les joies, les amours et les changements d'un pays qui découvre la modernité à un rythme accéléré. La pièce, traduite du coréen par Isabelle Hignette est un monologue polyphonique pour une actrice interprétant 32 personnages.
Mise en scène d'Élodie Coudert.


"Cassandre On The Road" de Lina Prosa

du 14 au 23 décembre, Théâtre de l'Iris, Villeurbanne

Cassandre, renvoyée par Coca-Cola parce qu'elle en a prédit la crise économique, encore une fois étrangère et nomade, dans son corps et dans sa parole, parcourt le désert de sa contemporanéité et de la Californie. Cassandre est une créature hybride : elle est en même temps la princesse troyenne et l'ouvrière grecque émigrée à New York. En elle, sous la plume de Lina Prosa traduit de l'italien par Jean-Paul Manganaro, se fondent les scénarios de la guerre de Troie et de la violente réalité américaine.


"Tristesse et joie dans la vie des girafes" de Tiago Rodrigues

du 28 novembre au 9 décembre, Le Monfort Théâtre, Paris

La pièce est un parcours initiatique. Girafe est une petite fille de 9 ans. C’est sa mère qui lui a donné ce nom, car elle est grande. Elle est accompagnée par son ours en peluche Judy Garland et traverse une Lisbonne dévastée par la crise économique. C’est en confrontant un regard enfantin ingénu, plein d’espoir avec la réalité des rouages économiques d’aujourd’hui que Tiago Rodrigues surligne les cruautés et les aberrations d’un Portugal et d’une Europe en déroute.
Traduction et mise en scène de Thomas Quillardet.


"Habiter le temps" de Rasmus Lindberg

30 novembre et 1er décembre, Centre Paris Anim' les Halles le Marais, Paris

Habiter le temps, traduit du suédois par Marianne-Ségol Samoy, se déroule dans un espace unique (une maison de famille) à trois époques en même temps : 1913, 1968, 2014. Le destin de trois générations est raconté en parallèle et simultanément. À travers les dialogues, les événements et les époques, trois histoires se mêlent les unes aux autres et constituent une grande saga familiale. Des événements dramatiques ayant lieu en 1913 ont une influence sur 1968 mais également sur 2014.
Mise en scène de Salomé Ramon.