À l'affiche

"Habiter le temps" de Rasmus Lindberg

le 23 juin à 20h30, La Forge, Aubigny-sur-Nère

Rasmus Lindberg, traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy, écrit ici une saga familiale qui retrace plusieurs générations en même temps et montre à quel point notre histoire familiale nous construit mais également comment nous la réécrivons nous-même, la réinventons. Ici, une grand-mère alcoolique se suicide, un grand-père est diabolisé, un père défiguré manipule une psychothérapeute qui deviendra la mère d'une femme se croyant incapable de créer des relations durables à cause de son passé. Au fil des générations, les destins des trois couples se font écho à travers leurs blessures, leur incapacité à vivre, leur culpabilité.
Mise en scène de Salomé Elhadad Ramon.


"Comment retenir sa respiration" de Zinnie Harris

le 16 juin à 15h, Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

Cette pièce, traduite de l’anglais par Blandine Pélissier, traite de l’effondrement de la zone Euro et de la fermeture des frontières, sauf qu’ici ce sont les Européens qui ne peuvent plus sortir pour aller en Afrique. Dana, chercheuse berlinoise, passe progressivement d’une situation confortable où tous les choix lui sont permis, à une situation désespérée où tout lui est imposé, y compris des relations sexuelles non désirées et un voyage en bateau qui pourrait être sa fin. Une pièce coup de poing qui ravive notre intérêt parfois flottant et aléatoire pour les réfugiés.
Mis en lecture par Marceau Deschamps Ségura.
 


"Ridicules ténèbres" de Wolfram Lotz

le 18 juin à 20h30, Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

Cette « pièce de guerre », traduite de l’allemand par Pascal Paul-Harang, s’inspire du roman de Joseph Conrad Au Cœur des ténèbres et de son avatar cinématographique, Apocalypses Now de Francis Ford Coppola. Une insondable jungle dans laquelle vont se rendre ridicules ceux-là mêmes qui croient ou prétendent se rendre utiles à l’humanité : les Européens. A sa création en Allemagne en 2014, la pièce s’est retrouvée à l’affiche de six théâtres : l’Akademietheater de Vienne, le Thalia Theater de Hambourg, le Deutsches Theater de Berlin, et puis Wiesbaden, Essen et Lucerne.
Mis en lecture par Laurent Muhleisen.


La MAV a déménagé

Ça y est ! Nos nouveaux bureaux sont installés aux Plateaux Sauvages, dynamique lieu culturel du XXe arrondissement de Paris, où Laëtitia Guédon et son équipe nous accueillent.
Le téléphone reste inchangé et la nouvelle adresse postale est : 5 rue des Plâtrières, 75020 Paris.
Pensez à modifier vos fichiers.
Et, venez nous rendre visite !


"Les Rats" de Gerhart Hauptmann

les 12 et 13 juin à 20h, Théâtre 13, Paris

Cette comédie, traduite de l’allemand par Pascal Paul-Harang, met en scène le débat, l'affrontement esthétique entre un "professionnel" du théâtre, directeur, acteur et pédagogue, et un "apprenti" du théâtre, étudiant en théologie. L'un défend l'idée d'un théâtre qui doit se hisser au-dessus du banal et transcender la réalité quotidienne pour atteindre à son but : une élévation, une édification intellectuelle, tandis que l'autre, appelle de ses vœux un théâtre qui tire sa substance de la vie même, jusque dans ce qu'elle peut avoir de plus trivial ou de plus misérable. Thomas Mann considérait Les Rats comme une grande pièce.
Mis en scène par Simon Rembado.


"Pour ton bien" de Pier Lorenzo Pisano

les 23 et 24 mai, Théâtre Ouvert, Paris

La pièce, traduite par Federica Martucci, a remporté le prix Riccione – Tondelli en 2017. Il est question de la famille, thématique chère aux auteurs italiens mais qui trouve ici dans l’écriture de Pisano une saveur nouvelle et originale dans une veine drôle et grinçante. L’intrigue est simple : un fils aîné (fils prodigue) est rappelé par sa mère dans la maison familiale car le père va mal. Revenir là où on a grandi constitue une immersion dans l’identité première. Pisano fait sentir, au fil des scènes, à quel point cette immersion peut être à la fois douloureuse, car tissée de culpabilités, récriminations, regrets, non-dits mais aussi de joies, souvenirs tendres, affection…
Mise en espace de Tommy Milliot.


Festival Regards Croisés

du 23 au 29 mai, Nouveau-Théâtre-Saint-Marie-d’en-Bas, Grenoble

Troisième bureau est un collectif artistique pluridisciplinaire composé de comédiens, d’auteurs, de metteurs en scène, de professionnels du livre, d’enseignants et d’universitaires, réunis en comité de lecture. Pour cette 18e édition de Regards croisés qui posera la question de la « diversité culturelle dans les écritures dramatiques », sont invités plus de 20 auteurs et traducteurs.
Les textes MAV à découvrir :

  • Islande de Lluïsa Cunillé (Catalogne)
  • Le Cimetière de l’éléphante de George Brant (États-Unis)
  • La Maladie de Deter de Nicola Wilson (Angleterre)


"Luna-Park Lénine" de Ksénia Dragounskaïa

le 28 mai à 15h, Maison des Auteurs – SACD, Paris

En Russie, un parc d’attraction laissé à l’abandon, après la chute du régime communiste. Désaffecté comme un vestige d’une époque révolue, il est à l’image de la fracture qui se creuse entre et à l’intérieur des personnages oscillant entre la douce nostalgie d’un passé rouillé et le désœuvrement du présent.
Bien que profondément russe, cette pièce, traduite par Hélène Henry-Safier, aborde, avec une douce mélancolie, la fracture entre la capitale et la province, entre les happy few pouvant jouir du progrès de la mondialisation et ceux qui sont restés abandonnés en marge de l’Histoire.
Mis en espace par Cyril Desclés.


Festival européen de traduction théâtrale

du 11 au 19 mai, Maison d’Europe et d’Orient, Paris

Ce festival autour de l'actualité de la traduction théâtrale est organisé par la Maison d'Europe et d'Orient, en partenariat avec le réseau européen Eurodram. Pour donner un aperçu du théâtre contemporain européen en traduction une dizaine de textes sont mis en lectures, suivies de rencontres avec les auteurs et les traducteurs.
Les textes MAV présentés :

  • Ce qu’est l’amour de Linda McLean (Écosse)
  • American Dream de Nicoleta Esinencu (Roumanie)
  • Le Principe d’Archimède de Josep Maria Miró (Catalogne)
  • Chiot de garde de Peer Wittenbols (Pays-Bas)


"Luna-Park Lénine" de Ksénia Dragounskaïa

samedi 19 mai, Théâtre Joliette, Marseille

Luna-Park Lénine, traduit du russe pas Hélène Henry-Safier, parle du clivage géographique, temporel, culturel, qui, en Russie, s’opère entre la campagne russe et les deux capitales « globalisées ». La pièce est faite d’allées et venues rêveuses d’un monde à l’autre, entre les restaurants moscovites chics où l’on programme ses vacances à Haïti et la petite ville où l’on « peut picoler à mort », où l’on compte pour vivre sur la pension d’invalidité d’un débile local, où des jours durant on visse des bocaux de conserves…
Par les élèves d’Hypokhâgne du lycée Thiers.