À l'affiche

La Mousson d'été

du 23 au 29 août, Abbaye des Prémontrés, Pont-à-Mousson

La Mousson d'été vous donne rendez-vous entre le 23 et le 29 août 2021 pour ses cinq jours de Rencontres théâtrales internationales : l'occasion pour le public de découvrir un ensemble de nouveaux textes de théâtre français et cinq textes traduits par la MAV, sélectionnés par le Comité de lecture de la Mousson.

« L'Arbre à sang d'Angus Cerini
traduit de l'anglais par Dominique Hollier
lecture dirigée par Anne Théron
le 28 août à 18 h (dans le cadre d'Australia Now)

« L'Âge tendre de George Brant
traduit de l'anglais (USA) par Dominique Hollier
lecture dirigée par Michel Didym
avec Clovis Cornillac
le 23 août à 22 h 30

« Nous sommes des guerriers de Monika Isakstuen
traduit du norvégien par Marianne Ségol-Samoy
mise en onde France Culture par Pascal Deux
le 23 août à 20 h 45

« Les Subtilités du désamour d'Anahi Ribeiro
traduit de l'espagnol (Argentine) par Adeline Isabel-Mignot
lecture dirigée par Laurent Vacher
le mardi 24 août à 14 h 30

« sept cuisinières, quatre soldats et trois sophie de Simona Semenič
traduit du slovène par Samuel Julien
atelier amateur du bassin mussipontain, dirigé par Christine Koetzel
le 26 août à 18 h 45


Le théâtre de Davide Carnevali

La Chartreuse, Villeneuve lez Avignon

Davide Carnevali – auteur traduit en 15 langues, metteur en scène, théoricien et traducteur, artiste associé à l’Emilia Romagna Teatro – est l’invité de La Chartreuse avec l’École des maîtres qu’il dirige cette année. Occasion de découvrir deux textes inédits récemment traduits de l’italien par Caroline Michel.

« le 15 juillet à 20 h : Ménélas. Une tragédie contemporaine
lecture dirigée par Laurent Sauvage
Dans cette pièce, Davide Carnevali défie à nouveau le temps et l’espace, jouant sur des anachronismes et des incohérences spatio-temporelles où se côtoient la Grèce antique et le monde contemporain. La mythologie grecque est ici habilement nouée à l’actualité et au monde d’aujourd’hui pour questionner les mécanismes du désir et son éternelle substance.

« le 17 juillet à 20 h : Portrait de l’artiste après sa mort
lecture dirigée par Davide Carnevali
Le projet se concentre sur la relation entre la présence et l'absence du corps d’un desaparecido (les desaparecidos sont les victimes de disparition forcée, qui ont été secrètement arrêtées et tuées pendant la Dictature militaire en Argentine). Comment redonner voix à un individu qui a été réduit au silence ? Comment restituer devant le public l'art d’un individu dont l’expression artistique a été empêchée ? Et surtout : comment restituer son corps au desaparecido ?


Lectures néerlandophones

le 21 juillet à La Chartreuse, Villeneuve lez Avignon

La Maison Antoine Vitez s’est associée à Dutch Performing Arts, au Flanders Literature et au Flanders Art Institute pour constituer un répertoire de pièces néerlandaises et flamandes actuelles traduites en français. C’est ainsi que le répertoire de la MAV s’est récemment enrichi d’une dizaine de titres, dont deux, traduits par Esther Gouarné, sont présentés en lecture pendant les Rencontres d’été de La Chartreuse.

« à 11 h : Embrouilleurs ! 
de Jan Sobrie (Belgique - Flandre)
lecture dirigée par Lucie Berelowitsch
à partir de 8 ans
Deux enfants, Ebenezer et Sammy, font connaissance dans un HLM : Ebenezer vient d'y emménager, Sammy y vit depuis sa petite enfance. À travers leurs jeux et leur amitié naissante, nous découvrons une réalité crue et cruelle dont ils sont les victimes : celle de la misère culturelle, sociale et économique qui frappe leurs parents. Isolés des autres enfants et incompris des adultes, ils se créent une bulle et tentent de survivre à cette situation en en faisant un terrain de jeu et de défis exaltants. Ils transforment leur quotidien en une aventure surréaliste. 

« à 16 h : Privés de feuilles les arbres ne bruissent pas
de Magne van den Berg (Pays-Bas)
lecture dirigée par Pascale Henry
Un matin, deux femmes se réveillent dans un camping. Plutôt que de vacancières, elles ont plutôt l’air de s’être isolées, elles se sont mises à l’abri, loin du monde et des hommes… On comprendra progressivement leur relégation aux marges de la société, refugiées « conjugales » plutôt qu’économiques ou politiques après avoir été soumises à des hommes violents. Mais la pièce s’évade encore au-delà : les rapports de domination ne sont-ils pas, comme les mauvaises herbes, jamais loin de repousser quand bien même on tenterait de s’en protéger ?


5e forum des nouvelles dramaturgies européennes

les 23 et 24 juillet de 11 h à 13 h et de 14 h 30 à 16 h 30, La Chartreuse

Organisée par le Théâtre national de Strasbourg - École supérieure d’art dramatique, l’Université Paris Nanterre, la Maison Antoine Vitez, en coréalisation avec le Festival d’Avignon et La Chartreuse, cette 5e édition du Forum des nouvelles écritures dramatiques européennes entreprend d’explorer ces dramaturgies en invitant huit autrices et auteurs européens, parmi les plus importants de l’écriture théâtrale actuelle. Pour chacun, la mise en lecture d’extraits de leurs textes, prise en charge par les élèves du Groupe 46 (2e année) de l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg et des étudiants de l’université Paris Nanterre, servira de point de départ aux discussions et débats avec les élèves, les autrices et auteurs présents, leurs traductrices et traducteurs, des spécialistes des écritures contemporaines et le public.

Autrices / auteurs : Davide Carnevali (Italie), Simon Longman (Grande-Bretagne), Kathrine Nedrejord (Norvège), Jens Raschke (Allemagne), Magdalena Schrefel (Autriche), Frank Siera (Pays-Bas), Vassili Sigarev (Russie), Helena Tornero (Catalogne)

Traductrices / traducteurs : Alexis Berelowitch et Lucie Berelowitsch, Laurent Gallardo, Esther Gouarné, Gisèle Joly, Caroline Michel, Antoine Palévody, Marianne Ségol-Samoy, Mike Sens, Katharina Stalder


Lectures africaines

À l’occasion de la saison africaine, baptisée Africa2020, les comités anglophone et lusophone de la MAV ont exploré les dramaturgies ougandaise, kenyane, nigériane et angolaise. Cinq textes ont ainsi été traduits, dont certains font déjà l'objet de lectures.

  • le 26 juin à 18 h au Printemps des comédiens à Montpellier :
    J’ai rendez-vous avec diEU d'Asiimwe Deborah Kawe
    Les Filles de Chibok de Wole Oguntokun
    Lectures dirigées par Béla Czuppon
     
  • le 1er juillet à 19 h à la Cité Internationale des arts à Paris :
    Lecture par Assane Timbo d’extraits de
    La Chambre des noms perdus de Sitawa Namwalie (Kenya)
    J'ai rendez-vous avec diEU d'Asiimwe Deborah Kawe (Ouganda)
    Et cætera de Kouam Tawa (Cameroun)
    Chasser les fantômes de Hakim Bah (Guinée)

    Rencontre autour des écritures dramatiques africaines d’aujourd’hui.
    Entre l’Afrique de l’est anglophone et l’Afrique de l’ouest francophone, quels croisements d’imaginaires, de poétiques ? Quelles réalités affrontées ? Comment la question de la traduction, et plus généralement de la circulation des œuvres, vient-elle s’inscrire dans ces territoires, et à l’international ?
    Rencontre animée par Sylvie Chalaye, anthropologue des représentations, spécialiste des dramaturgies afro-contemporaines. 
    Avec : Kouam Tawa, Hakim Bah, Isabelle Famchon (traductrice de Sitawa Namwalie) et Gisèle Joly (traductrice d'Asiimwe Daborah Kawe).
     
  • Le 3 juillet à 14 h au Théâtre de l’Odéon (Ateliers Berthier) :
    J’ai rendez-vous avec diEU d'Asiimwe Deborah Kawe
    La Chambre des noms perdus de Sitawa Namwalie
    Lectures dirigées par Aristide Tarnagda et les comédiens de sa compagnie Théâtre Acclamations, à l’occasion des représentations de Que ta volonté soit Kin de Sinzo Aanza (Congo) présenté aux Ateliers Berthier du 30 juin au 10 juillet.
     
  • Le 10 juillet à 18 h à la Bibliothèque Claude Lévi-Strauss à Paris :
    Les Filles de Chibok de Wole Oguntokun
    Lecture dirigée par Isabelle Famchon
     
  • Le 16 juillet à 11 h, RFI, Cour du Lycée Vincent de Paul à Avignon :
    J'ai rendez-vous avec diEU d'Asiimwe Deborah Kawe
    dans le cycle Ça va, ça va le monde ! conçu et coordonné par Pascal Paradou et dirigé par Armel Roussel, assisté de Valentina Sanges.
     


Lecture-rencontre

samedi 5 juin 2021 à 18 h 30, Bibliothèque Claude Lévi-Strauss, Paris

Pour illustrer la thématique du féminisme, des traductrices de la Maison Antoine Vitez présentent un aperçu de l’écriture dramatique de deux régions d’Europe – la Pologne et la Serbie – et d’un pays africain, l’Égypte.

Lui, il sera différent de Staša Bajac
traduit du serbe par Marie van Effenterre
À travers la trajectoire d’Ivana, Jovana et Mirela, l’autrice déploie un ensemble de fils thématiques qui dessinent les contours d’une réalité sociale marquée par la pauvreté, l’injustice et la violence patriarcale. 

La Moisson d’Anna Wakulik
traduit du polonais par Sarah Cillaire et Monika Próchniewicz
Marysia a grandi dans un village où l’Église catholique est omniprésente. À 17 ans, lors d’un camp d’été paroissial, elle tombe enceinte d’un prêtre. L’avortement étant illégal en Pologne, elle décide de chercher de l’aide auprès de Jan, un gynécologue originaire de son village.

Niqab Ninja de Sara Shaarawi
traduit de l’anglais (Égypte) par Adélaïde Pralon
Première pièce d’une jeune autrice égyptienne basée à Glasgow, Niqab Ninja emprunte à l’univers graphique de la BD et du manga pour dénoncer, dans un style vif et rythmé, les injustices et les violences d’un pays historiquement épris de liberté. Comme son héroïne, Sara Shaarawi se venge en prenant la plume.


Regards croisés

du 3 au 8 mai, Théâtre 145, Grenoble

Dans un format particulier réservé aux professionnels de la culture, mais retransmis sur internet, le festival Regards croisés propose de découvrir, entre autres, 5 textes récents de notre bibliothèque :

« lundi 3 : Ce que vit le rhinocéros lorsqu’il regarda de l’autre côté de la clôture, de Jens Raschke, traduit de l'allemand par Antoine Palévody

« mercredi 5 : Embrouilleurs ! de Jan Sobrie, traduit du néerlandais (Belgique) par Esther Gouarné

« jeudi 6 : Cinq dans le nid de Cordelia Lynn, traduit de l’anglais par Blandine Pélissier 

« vendredi 7 : La Sœur de Jésus-Christ d’Oscar De Summa, traduit de l’italien par Federica Martucci

« samedi 8 : Anatomie d’un suicide d’Alice Birch, traduit de l’anglais par Séverine Magois 

Chaque soir à 20 h 30 (et pendant une semaine), vous pourrez retrouver ces lectures et rencontres sur troisiemebureau.com et theatre-contemporain.net.


"1990-2020. Le théâtre italien en résistance" : portrait vidéo de Marta Cuscunà

À l'occasion de la parution de notre Cahier "1990-2020. Le théâtre italien en résistance", Federica Martucci et Olivier Favier nous guident dans l'histoire de la dramaturgie italienne des 30 dernières années à travers des portraits vidéos.

Rencontre avec Marta Cuscunà !


"1990-2020. Le théâtre italien en résistance" : portrait vidéo d'Elvira Frosini et Daniele Timpano

À l'occasion de la parution de notre Cahier "1990-2020. Le théâtre italien en résistance", Federica Martucci et Olivier Favier nous guident dans l'histoire de la dramaturgie italienne des 30 dernières années à travers des portraits vidéos.

Rencontre avec Elvira Frosini et Daniele Timpano !


1990-2020. Le théâtre italien en résistance

Cahier n°13, dirigé par Olivier Favier et Federica Martucci

Le début des années 1990 marque en Italie un tournant politique majeur. En pleine chute du bloc de l’Est, la péninsule voit ses juges s’attaquer à la toute-puissance de la mafia et à la corruption des partis politiques. La crise de confiance qui s’ensuit aura des conséquences inattendues. En 1994, un homme d’affaires milanais, Silvio Berlusconi, accède au pouvoir. Avec lui, l’extrême-droite jusque-là marginalisée devient un appui incontournable. L’édition, la presse, la télévision, le cinéma sont en grande partie contrôlés par celui que l’on nomme le Cavaliere. Aujourd’hui, le règne de Berlusconi s’est achevé, mais son allié, la Ligue du Nord, a refait il a peu son apparition au sommet de l’État au sein d’une nouvelle alliance.

Dans ce contexte, du reste annonciateur pour nombre d’autres pays européens, le théâtre italien est demeuré un espace de liberté et de résistance. Nous avons souhaité le rappeler dans cet ouvrage à travers la présentation d’extraits de 56 pièces de 45 auteur·rices auxquelles s’ajoutent des essais critiques, des témoignages de metteur.ses en scène, un entretien, un reportage, un portfolio et des biographies. Bien entendu, aussi large soit-il, notre choix ne prétend pas à l’exhaustivité.

Parfois ouvertement politique, souvent iconoclaste, le théâtre italien de 1990 à 2020 a su mieux que d’autres disciplines artistiques s’affranchir des institutions pour affirmer son indépendance. Chemin faisant, il raconte une Italie singulière où malgré une population vieillissante et une natalité en berne, la famille demeure un prisme opérant pour raconter la société, où les tragédies migratoires font ressurgir les drames de la vieille diaspora, où le féminisme et les combats sociaux s’écrivent au présent, et où l’oralité a conservé sa force, à la scène comme à la ville, fidèle au temps lointain de la commedia dell’arte.

Aux éditions Théâtrales avec le soutien de l'Institut culturel italien de Paris.