Laurence Sendrowicz Traducteurs

A traduit 21 ouvrages référencés à la MAV

Langues de traduction de Laurence Sendrowicz

  • Hébreu vers Français

À propos de Laurence Sendrowicz

Laurence Sendrowicz quitte la France après son bac pour vivre en Israël où elle restera treize ans. C’est là qu’elle intègre l’école supérieure de théâtre Nissan Nativ (Tel-Aviv) et devient comédienne, puis commence à écrire pour le théâtre avec un premier spectacle de cabaret : Tirez pas, je suis pacifiste ! (Beith Lessin, Tel-Aviv, 1983).

De retour en France en 1988, elle est initiée à la traduction littéraire par Jacqueline Carnaud en 1991 et commence à traduire de la littérature et du théâtre israéliens contemporains.  Elle est une des initiatrices du projet de traduction de l’œuvre de Hanokh Levin en français, soutenue par la Maison Antoine-Vitez.

En parallèle, elle poursuit son propre travail d’écriture dramatique et, depuis 2011, interprète ses textes seule en scène.

En 2003 elle reçoit le prix Amphi-Lille 3, en 2012, le grand prix de traduction de la SGDL, 

en 2014, le roman de Zeruya Shalev, Ce qui reste de nos vies, qu’elle a traduit, reçoit le prix Fémina Etranger, en 2018, elle obtient le prix des Lettres de la fondation Bernheim et, la même année, avec Jacqueline Carnaud, le prix SACD de la traduction/adaptation pour leurs traductions de Hanokh Levin.