Laurence Sendrowicz Traducteurs

A traduit 19 ouvrages référencés à la MAV

Langues de traduction de Laurence Sendrowicz

  • Hébreu vers Français

À propos de Laurence Sendrowicz

Laurence Sendrowicz quitte la France après son bac et reste treize ans en Israël où elle devient comédienne puis commence à écrire pour le théâtre. De retour à Paris, elle devient traductrice de théâtre et de littérature hébraïque (entre autres auteurs : Batya Gour, Yoram Kaniuk, Zeruya Shalev, Dror Mishani, Ayeleth Gundar-Goshen, Itamar Orlev) tout en poursuivant son travail d’écriture dramatique.

En 2012, elle obtient le grand prix de traduction de la Société des gens de lettres (SGDL).

Soutenue par la Maison Antoine Vitez, elle initie avec Jacqueline Carnaud le projet de traduction de l’œuvre de Hanokh Levin en français – elle a traduit, depuis 1991, une trentaine de ses pièces (dont huit avec Jacqueline Carnaud) publiées aux éditions Théâtrales.

En 2004, elle crée la compagnie Bessa avec laquelle elle monte en 2005 Que d’espoir !, cabaret adapté de Hanokh Levin, puis ses propres créations théâtrales : Les Cerises au kirsch, itinéraire d’un enfant sans ombre (2011), Faute d’impression, une histoire de traductrice (2014), et Ma mère voulait (2017) qui clôt sa trilogie familiale (à paraître aux Éditions Caractères - nov 2018).

En 2018, elle reçoit le prix Bernheim pour les Lettres et, avec Jacqueline Carnaud, le prix de la traduction/adaptation théâtrale de la SACD.