Laurence Sendrowicz Traducteurs

A traduit 18 ouvrages référencés à la MAV

Langues de traduction de Laurence Sendrowicz

  • Hébreu vers Français

À propos de Laurence Sendrowicz

Laurence Sendrowicz quitte la France après son bac, elle reste  treize ans en Israël où elle devient comédienne, puis commence à écrire pour le théâtre. De retour en France, elle devient traductrice de théâtre et de littérature hébraïque contemporaine tout en poursuivant, en parallèle, son travail d’écriture dramatique.

Elle est l’une des initiatrices du projet de traduction de l’œuvre de Hanokh Levin en français. Depuis 1991, soutenue par la Maison Antoine-Vitez, elle a traduit dix-neuf de ses pièces (dont six en collaboration avec Jacqueline Carnaud), et a proposé quatre recueils de sketches tirés de ses cabarets.

En 2005, elle met en scène au théâtre de la Tempête (Paris) Que d’Espoir !, un spectacle de cabaret qu’elle a adapté à partir de textes courts et de chansons de Hanokh Levin.

Pour le théâtre, elle a également traduit David Grossman, Anat Gov, Gadi Inbar,  Mickaël Gourevitch, Tamir Greenberg.

Pour l’édition, elle est, entre autres, la traductrice des romanciers Yshaï Sarid, Dror Mishani, Alona Kimhi, Batya Gour, Zeruya Shalev (prix Femina étranger 2014). Depuis 1994, elle a aussi traduit tous les romans de Yoram Kaniuk parus en français, dont 1948 à l’occasion de la parution duquel,  en  2012, elle obtient le Grand prix de traduction de la Société des Gens de Lettres, couronnant l’ensemble de son œuvre de traductrice.

Auteur de théâtre et fondatrice de la Compagnie Bessa,  elle a notamment écrit : Tirez pas, je suis pacifiste !  (théâtre Beit Lessin, 1982) ; Vendu (France-Culture, 1991) ; Versus ou l’Histoire clarifiante de la famille Eglevau (théâtre du Chaudron, 1991) ;  Echec et Mat (Beit Lessin 1992).

En 2008, elle obtient le soutien de la fondation Beaumarchais-SACD pour l’écriture des Cerises au kirsch, itinéraire d’un enfant sans ombre, qu’elle interprète seule en scène en 2011, au théâtre de la Vieille Grille puis en tournée.

En 2014, elle obtient une bourse découverte du CNL pour l’écriture de Faute d’Impression, un texte qu’elle interprète seule en scène la même année au théâtre de la Manufacture des Abbesses.