Gisèle Joly Traducteurs

Langues de traduction de Gisèle Joly

  • Anglais vers Français

À propos de Gisèle Joly

Comédienne et traductrice de l’anglais, venue à la traduction sur un coup de cœur pour le livre de Simon Callow, Being an Actor (Dans la peau d’un acteur, éd. Espaces 34, Montpellier, 2006), elle est, depuis 2007, membre du comité anglais de la Maison Antoine Vitez, avec l’aide de laquelle elle a traduit Nez rouges, Peste noire de Peter Barnes (éd. Domens, 2010 ; lecture à Troisième bureau en juin 2010, dans le cadre du festival Regards Croisés, avec une distribution de 25 acteurs).

Hormis les pièces référencées ci-dessus, elle a traduit avec Séverine Magois Une petite douleur de Harold Pinter (Théâtre de Vidy/Les Abbesses, 2012) et Ce démon qui est en lui de John Osborne (Vieux-Colombier, 2014).

Elle aime aussi faire partie de collectifs qui se forment ponctuellement au sein du comité de la Maison Antoine Vitez, tel celui qui s’est attaqué à Shoot, Get, Treasure de Mark Ravenhill, cycle de 17 pièces courtes sur la guerre en Irak, dont une première sélection de huit pièces a été présentée à l’INSAAT sous le titre War and Breakfast (mise en scène J.-P. Vincent, Nuits de Fourvière, 2014 ; éd. Solitaires intempestifs, 2014), ou celui qui donne à entendre en français les voix de sept soldates américaines envoyées en Iraq, Seule. Paroles de soldates en Iraq de Helen Benedict.