À la Une

Antoine Vitez, le devoir de traduire

disponible chez Actes Sud-Papiers

En juillet 1994, le Festival d’Avignon rendit hommage à l’œuvre d’Antoine Vitez. Une demi journée d’étude (l’après-midi du 18 juillet) fut consacrée à sa pratique traductive. Il s’agissait à la fois d’évoquer l’importance que Vitez accordait à la traduction, son goût et sa passion des langues, son intérêt spécifique pour les domaines russe, hellénique et allemand. La qualité des communications présentées ce jour-là – interventions, témoignages, analyses – fit alors l’objet d’une publication.
Vingt ans plus tard, la pensée du grand metteur en scène continue de résonner : dans cette édition revue et augmentée, la traduction de théâtre s’interroge, se scrute, s’analyse, et son enjeu, saisir le geste qui institue l’œuvre et commande la parole théâtrale, s’impose. Comme disait alors Antoine Vitez : “Traduire, c’est mettre en scène.”


Présentation du Cahier n°12 à la Maison Jean Vilar

mardi 11 juillet à 17h, Maison Jean Vilar, Avignon

Le Drame en révolution. Ecritures théâtrales allemandes 1907 - 1937
par Jean-Louis Besson et Cécile Schenck

Dans les premières décennies du XXe siècle, jusqu’à ce que le nazisme étouffe toute création artistique originale, des auteurs de langue allemande ont profondément bouleversé l’écriture dramatique. Certains sont bien connus – Brecht, Schnitzler, Horváth –, d’autres beaucoup moins. (…) On ne s’étonnera pas de trouver parmi les auteurs un peintre, Oskar Kokoschka, un sculpteur, Ernst Barlach, un musicien, Hans Henny Jahnn, des romanciers, Robert Walser, Heinrich et Klaus Mann, des activistes révolutionnaires, Ernst Toller, Friedrich Wolf, Walter Mehring, Jura Soyfer et des figures singulières comme Reinhard Goering ou Albert Drach.
Disponible aux éditions Théâtrales.


"Insoutenablement longues étreintes" d'Ivan Viripaev

dimanche 16 juillet à 11h, La Chartreuse, Villeneuve-lez-Avignon

L'histoire commence à New York où Monica, Charlie, Amy et Christophe, quatre jeunes gens aux destins brisés viennent à se croiser. Aliénés par le mode de vie moderne, accros à une jouissance qui rime avec claustrophobie et alimente un sentiment d'échec de plus en plus grand, ils vont être amenés à redéfinir radicalement les paramètres de leur liberté. Entre errance et prise de conscience tardive, ils paieront le prix fort.
Traduit du russe par Galin Stoev et Sacha Carlson.
Lecture dirigée par Galin Stoev avec Pauline Desmet, Sébastien Eveno, Nicolas Gonzales et Marie Kauffmann.


"Anesthésie" d'Agnieska Hernández Díaz

dimanche 16 juillet à 14h45, La Chartreuse, Villeneuve-lez-Avignon

Sous un pont, à l'entrée de la Havane, des "voix urbaines", réunies par un drame - l'agression d'une jeune femme, hospitalisée entre la vie et la mort dans l'attente d'une greffe – dialoguent ou monologuent, se répondent ou pas, crient leur douleur. Comment survivre, comment espérer encore ? Force est pour eux de constater qu'il ne leur reste plus de larmes pour La Havane. Cette pièce où le réalisme le dispute à l'allégorie dresse un tableau empreint de tristesse et de rage du Cuba d'aujourd'hui.
Traduit de l'espagnol (Cuba) par Christilla Vasserot.
Lecture dirigée par Caroline Guiela-Nguyen avec Boutaïna El Fekkak, Dan Artus, Alison Valence (distribution en cours).


Dernières traductions


La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)