À la Une

"L'Aveu" de Wael Kaddour

samedi 24 septembre, Festival des Francophonies en Limousin (Théâtre Expression 7)

Cela se passe à Damas, en 2012, au moment où la révolution syrienne se transforme en guerre civile. Wael Kaddour, traduit de l'arabe (Syrie) par Wissam Arbache et Hala Omran, entrecroise les thèmes de sa pièce avec ceux de la pièce de l’auteur chilien Ariel Dorfman La Jeune Fille et la Mort que répètent les personnages. Une façon de ne pas attaquer de manière frontale son sujet mais de le faire émerger et d’aborder avec une grande finesse les thèmes du pardon et de la tolérance face à la vengeance.
Lecture dirigée par Guy Régis Junior.


Traduire/Transmettre USA

mardi 27 septembre à 16h, L'Atalante, Paris

En avant-goût du Traduire / Transmettre de mai 2017 :
à 16h : Les conditions de production aux États-Unis, rencontre avec Sophie Proust
à 19h : Et moi et le silence de Naomi Wallace, traduit par Dominique Hollier
lecture dirigée par René Loyon
avec Marieva Jaime-Cortez et Alison Valence
à 20h30 : Rencontre avec Dominique Hollier et René Loyon


"Comédie héroïque" / "Fruits du néant" de Ferdinand Bruckner

vient de paraître

Dans ce cinquième et dernier opus des œuvres choisies de Ferdinand Bruckner, deux pièces interrogent la société européenne d’après-guerre dans une écriture d’une étonnante actualité.

  • Comédie héroïque, traduit de l'allemand par Éric Dortu
  • Fruits du néant, traduit de l'allemand par Ruth Orthmann et Alexandre Plank

Disponible aux éditions Théâtrales.


Nouvelles dramaturgies européennes

lundi 3 octobre à 20h, Odéon, Théâtre de l'Europe, Paris

Pour un moment d'Arne Lygre
Lecture dirigée par Stéphane Braunschweig
Réalisé par Alexandre Plank, et en présence de l'auteur.

Avec Virginie Colemyn, Boutaïna El Fekkak, Glenn Marausse, Sébastien Pouderoux − pensionnaire à la Comédie Française, Chloé Réjon, Marie Rémond, Jean-Philippe Vidal.

L’auteur norvégien continue d’explorer les relations ambiguës qui nous lient aux autres, qu’ils soient amis, ennemis, simples connaissances ou parfaits inconnus. Une vingtaine de personnages s’y croisent et partagent des expériences de vie – pour un moment.

Rencontre avec l'auteur à l'issue de la lecture.



La Maison Antoine Vitez est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
– Direction générale de la création artistique (DGCA)