Toiles d’araignées

de Eduardo Pavlovsky

Traduit de l'espagnol par Françoise Thanas

Écriture

  • Pays d'origine : Argentine
  • Titre original : Telarańas
  • Date de traduction : 1998

La pièce

  • Genre : Comédie
  • Nombre d'actes et de scènes : 18 scènes brèves (sauf une), dont certaines muettes
  • Nombre de personnages :
    • 5 au total
    • 4 homme(s)
    • 1 femme(s)
  • Création :
    • Période : 1978
    • Lieu : théâtre Payru - Buenos Aires
  • Lecture publique :
    • Date : 28 août 19
    • Lieu : Festival Mousson d'Eté, à Pont-à-Mousson

Édition

Résumé

Une famille (Père - Mère - "Gamin") se prépare, scène 1, à aller célébrer la grand'messe du foot (exaltation de la virilité etc...). Scène 2 : le Père joue à la roulette, le "Gamin" est devenu croupier. Scène 3 : le "Gamin" est un très jeune enfant que la Mère force à manger - jusqu'à l'étouffer... Dans de courtes scènes, non reliées par des règles dramatiques, Pavlovsky illustre, donne à "voir", les manifestations de la violence dans des relations familiales. Ces scènes s'articulent autour de la métaphore du football et des valeurs qu'il véhicule. A ce culte s'associent la passion pour le jeu de hasard, et l'initiation sexuelle. Deux intrus (des policiers ?) menaçants au début de la scène, s'adoucissent puis fraternisent dès qu'est abordé le thème du football.

Regard du traducteur

J'aime la construction de la pièce, non linéaire, en patchwork, qui "donne à voir" :

- le climat ludique créé par le changement de rôle des personnages : la Mère tour à tour adversaire et complice du Père et du "Gamin", et qui se transforme en putain pour initier son fils au sexe ; le "Gamin" qui passe du jeune enfant (que l'on gave jusqu'à l'étouffer), à l'adolescent qui simule l'orgasme, au croupier très professionnel.

- la figure du Père : autoritaire, macho, exaltant les qualités viriles, mais aussi lâche et cruel (scène avec les deux "policiers")

Une pièce ludique (changement de rôles des personnages avec des moments de paroxysme, un langage cru, vulgaire parfois, qui colle aux personnages).

Pièce efficace, d'une grande théâtralité.

La pièce, créée en pleine dictature, a été interdite dès la seconde représentation. On accusait Pavlovsky d'être subversif, de menacer la famille et les valeurs bourgeoises. Il s'exila deux ans à Madrid.