Écriture

  • Pays d'origine : Allemagne
  • Titre original : Fraulein Agnes
  • Date d'écriture : 2017
  • Date de traduction : 2017

La pièce

  • Genre : comédie sarcastique
  • Nombre d'actes et de scènes : La pièce se déroule sur un week end. Le texte ne présente pas de divisons en actes et en scène mais en journée et en heures.
  • Décors : Un appartement ancien, plus précisément la salle de séjour.
  • Nombre de personnages :
    • 8 au total
    • 4 homme(s)
    • 4 femme(s)
    • Les conflits de générations jouant un rôle important dans la pièce, les âges des personnages sont important.
  • Durée approximative : 120 mn
  • Création :
    • Période : 22 septembre 2017
    • Lieu : Deutsches Theater Göttingen
  • Domaine : protégé, les textes de Rebekka Kricheldorf sont représentés par Kiepenheur Bühnenvertrieb.

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Mademoiselle Agnès est une réécriture narquoise et résolument contemporaine du monument théâtral français, Le Misanthrope de Molière.

Agnès, quarantenaire impitoyable, exhorte ses proches à préférer la sincérité aux poses mensongères de la mondanité. L’homme qu’elle aime, Sascha, acteur en vue, unanimement célébré et désiré, se heurte au manque d’empathie criant de sa compagne et ne souhaite pas vraiment s’installer à la campagne, loin du monde, comme elle en a le projet. Entre un fils musicien en mal de talent et une ribambelle d’ami-e-s instables, Agnès croque avec un mordant inouï les travers de ses collègues artistes et journalistes. Plus « sociopathe » que misanthrope selon son entourage, elle tient autant d’Alceste que d’Arkadina.

Regard du traducteur

Prenant place dans l’œuvre de Kricheldorf au sein des grandes comédies de mœurs qui revisitent les textes emblématiques du répertoire (à l’image de Villa Dolorosa, relecture brillante des Trois sœurs), Mademoiselle Agnès nous plonge dans le monde de l’art et de la critique.

Dans une langue ample et incisive, le théâtre comique de Rebekka Kricheldorf rend plus vivace que jamais les faux semblants de notre époque hantée par le désir de plaire et de briller.