Écriture

  • Pays d'origine : Croatie
  • Titre original : Prizori s jabukom
  • Date d'écriture : 2009
  • Date de traduction : 2014

La pièce

  • Genre : partition
  • Nombre d'actes et de scènes : 11 scènes
  • Décors : Non renseigné
  • Nombre de personnages : dont homme(s) et femme(s) dont homme(s) et femme(s)
  • Durée approximative : 1h
  • Création :
    • Période : 2009
    • Lieu : Théâtre de la Ville (Bern)
  • Domaine : protégé

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Scènes de la Pomme est inspiré du passage biblique retraçant la chute d’Adam et Eve et leur expulsion du jardin d’Eden. La pièce s’interroge sur l’éventualité, à notre époque, de la construction d’un territoire tel que le jardin d’Eden au cœur d’un univers en destruction. L’auteure pose la question : « Est-il humain de désirer se créer un tel territoire et quelles en seraient les conséquences? ». Les personnes qui habiteraient ce paradis ne seraient-elles pas une sorte d’élite vouée corps et âme à des généraux destinés à protéger les portes du Paradis ? Les habitants d’Eden ne finiraient-ils pas par vivre dans la paranoïa constante de voir les portes du Jardin s’ouvrir et de se retrouver confrontés à un monde qu’ils ont depuis longtemps abandonné et refusé de sauver ? La pièce d’Ivana Sajko est l’histoire de la désintégration d’Eden et de la confrontation avec la catastrophe qui l’entoure.

Regard du traducteur

Scènes de la Pomme est un texte puissant et nécessaire qui essaie de réorganiser des conceptions telles que la liberté, la patrie, la guerre, la violence ou la victime dans un contexte personnel. La métaphore biblique du fruit défendu et du jardin d’Eden est utilisée comme déclencheur d’un mécanisme de violences perpétuelles dont la principale référence reste ce qui s’est passé il y a vingt ans en ex-Yougoslavie, mais également ce qui se répète constamment dans le monde. Le texte fonctionne comme une marche infernale qui nous mène inéluctablement vers la catastrophe. Cependant, l’auteur nous présente cela sous forme de témoignage inconscient de l’oppresseur qui sera la victime à venir.