Écriture

  • Pays d'origine : Pologne
  • Titre original : PRĘCIK
  • Date d'écriture : 2011
  • Date de traduction : 2015

La pièce

  • Genre : Jeune public à partir de 6 ans
  • Nombre d'actes et de scènes : 2 scènes
  • Nombre de personnages :
    • 6 au total
  • Durée approximative : 60mn
  • Création :
    • Période : 30 décembre 2012
    • Lieu : roku – Teatr Baj Pomorski à Toruń, Pologne
  • Domaine : protégé

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Une matinée dans la chambre d’une petite fille. Une paire de pantoufles attend que sa propriétaire se réveille pour y glisser ses pieds gelés. Le Réveil retentit pour rappeler qu’il faut aller à l’école. Mais aujourd’hui, malgré la sonnerie insistante, la fille ne se lève pas… La voluptueuse Journée de la pantoufle, libre de toute obligation, arrive-t-elle enfin? La joie initiale se transforme en une inquiétude de plus en plus grande. Où est passée la petite fille ? Selon les déclarations du Coussin ils se sont endormis ensemble. Mais puisqu’elle n’est pas là, serait-elle partie dans la nuit ? Sans dire au revoir ? Elle n’a pas été toujours gentille, soit. Elle lançait souvent le Coussin sur le Réveil, et un jour a fait un trou dans Mme Pantoufle, malgré ça c’était « leur » fillette adorée ! Que s’est t-il passé ? Seul Joe le Chauve, le vieux nounours oublié qui n’a pas dormi cette nuit fatale, a vu la petite fille partir à l’hôpital. Toute l’équipe décide d’aller lui rendre visite et saute dans le sac de voyage pour se rendre au plus vite auprès d’elle. Mais l’enfant allongée dans le Triste Lit d’hôpital n’est plus tout à fait la même – elle est pâle et affaiblie. Joe le Chauve explique qu’un petit bâtonnet qu’elle a à l’intérieur est en train de s’éteindre. Malheureusement toutes les actions pour réanimer le petit bâtonnet se révèlent inefficaces. Seule une gentille formule magique du nounours incitera le petit bâtonnet à se mettre à briller délicatement.

Regard du traducteur

Les pièces de Malina Prześluga s’adressent aux enfants et aux adolescents, destinataires souvent oubliés du théâtre, qui entrent dans la vie d’adulte et se trouvent face à des problèmes de plus en plus importants, qui contestent désormais l’école, s’ennuient et s'insurgent contre les leçons de morale que le théâtre véhicule.
Dans ses pièces, Malina Prześluga utilise des accessoires contemporains qu’elle place à un endroit bien connu par le jeune spectateur, mais dans un contexte éloigné de ce qu’on pourrait appeler le conte classique. L’action de Le petit bâtonnet se situe dans la chambre de la petite fille puis dans un hôpital pour enfants. Ainsi, l’action du conte pour jeune public peut se dérouler non seulement dans un pays imaginaire, derrière une forêt et les sept collines, mais aussi tout près de chez nous, à la maison. Prześluga commente la réalité avec une pointe d’humour et d’ironie et une touche de sarcasme. Elle évite en revanche tout didactisme ou moralisation, grâce à quoi elle gagne la confiance de son jeune spectateur.
Le petit bâtonnet, avec beaucoup de délicatesse et de poésie, traite librement de la maladie et de la mort d’un enfant, parle de la force des sentiments, de l’amour, de l’attachement et du dévouement. C’est une très belle histoire sur l’attachement, racontée de manière atypique, par des objets d’usage courant. Les pantoufles ne savent pas apprécier ce qu’elles ont. Le réveil-matin ronchonne bien qu’en vérité il n’ait aucune raison de le faire. Mais suite à la maladie de la petite fille, ils vont réaliser combien cette petite personne compte pour eux et de quoi ils sont capables pour la faire revenir.
Prześluga joue avec la langue, crée ses propres mots, les modifie de façon subtile et amusante. Par la forme légère de ses pièces, elle traite de sujets sensibles et lourds. Et son écriture laisse le champ libre aux metteurs en scènes.
 

Le petit bâtonnet a reçu le prix lors du XXIIème concours de la pièce dramatique pour enfants et adolescents en Pologne à Poznań.