Écriture

  • Pays d'origine : Danemark
  • Titre original : Drengen i hækken
  • Date d'écriture : 1997
  • Date de traduction : 2008

La pièce

  • Genre : Drame
  • Nombre d'actes et de scènes : 2 scènes
  • Décors : Une pièce nue. Les comédiens ”jouent le décor”, se déplacent comme si la pièce était morcelée par des cloisons et une porte (ouverte) sur l’entrée. La fenêtre donnant sur le jardin est un rectangle noir dans la scène du soir et une source de lumière dans la scène du matin.
  • Nombre de personnages :
    • 3 au total
    • 2 homme(s)
    • 1 femme(s)
  • Durée approximative : 20 à 30 minutes
  • Création :
    • Période : 1998
    • Lieu : Kaleidoskop, Copenhague
  • Domaine : Protégé : tous droits de représentation réservés. Nordiska ApS - Åbenrå 5, 4. sal - 1124 København K – Danemark - info@nordiska.dk

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Robert et Inga observent leurs voisins à travers la haie de leur jardin. Chez les voisins, la mère vient de mourir d’un cancer. Inga doit conduire Søren, le fils cadet des voisins à l’école le lendemain matin. Elle s’inquiète de ce qu’elle va pouvoir lui dire, aimerait pouvoir l’aider. Son mari, Robert, lui propose de s’occuper du garçon. Elle refuse. L’arrivée de Knud, le père de Søren et la confidence qu’il leur fait sur les derniers jours de sa femme fait subitement changer le cours de la conversation et les préoccupations du couple.  

Regard du traducteur

Un drame qui exhibe à la fois la difficulté d’agir et de réagir devant la douleur de l’autre. Avec son regard impitoyable sur les petitesses humaines, Erling Jepsen brutalise et dérange par l’éclairage sans concession du quotidien de Monsieur Tout le Monde.

_________________________

La traduction de Le Garçon dans la haie est une commande du festival poitevin Court toujours (juin 2008) et a été rendue possible par le soutien de la Maison Antoine Vitez et de Kunststyrelsen au Danemark, ainsi que la traduction et la mise en lecture de deux autres formes courtes : Utugt (Luxure) d’Astrid Saalbach, et de Kosmisk Frygt (Angoisse Cosmique) de Christian Lollike.