Écriture

  • Pays d'origine : Norvège
  • Titre original : Nasjonal prøve
  • Date d'écriture : 2011
  • Date de traduction : 2013

La pièce

  • Genre : drame
  • Nombre d'actes et de scènes : 13 actes/scènes
  • Décors : Deux sortes de décors. Le premier est un « ailleurs, situé hors de “l’ici-et-maintenant„ » (acte/scène 1 + 5 + 10). Le second est situé « dans une salle de classe » dont l’ordre et le rangement varient au fil de la pièce.
  • Nombre de personnages :
    • 10 au total
    • 5 homme(s)
    • 5 femme(s)
  • Durée approximative : 1h
  • Création :
    • Période : 2011
    • Lieu : Norvège
  • Domaine : protégé

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Une classe de terminale se prépare à l’examen annuel : l’« épreuve nationale ». Dans un lycée voisin (« la grande école »), un élève menacerait de massacrer la direction, l’équipe pédagogique et l’ensemble des 1500 élèves. Peut-il s’agir de Vidar, renvoyé de la classe, et auquel chacun des personnages est lié : Julia, amoureuse de lui ; Mikal, meilleur ami de Vidar et amoureux de Julia ; Målfrid, la professeur, elle aussi amoureuse de Vidar. Et si la tuerie annoncée ne se jouait pas là-bas, mais ici, dans cette classe ?

Regard du traducteur

Outre qu’elle aborde le sujet de ces adolescents responsables d’une tuerie en milieu scolaire (Colombine, Erfurt, etc.), la pièce décline la peur dans toutes ses manifestations (peur fantasmée, peur intériorisée, harcèlement scolaire, terrorisme et terreur, angoisse de vivre), liées à la peur fondamentale de l’altérité et de la différence : celui ou celle dont le comportement contraire aux prescriptions. Drame de l’adolescence, Épreuve nationale est aussi une pièce sur le désir refoulé où, au fil de répliques brèves et tranchantes, tous les personnages, adultes et enfants, deviennent une bête à abattre.

Traduction réalisée avec le soutien de : Writer's Guild of Norway et NORLA (Norwegian Literature Abroad).