Belgrade. Chante ma langue, le mystère du corps glorieux

de Angélica Liddell

Traduit de l'espagnol par Christilla Vasserot

Écriture

  • Pays d'origine : Espagne
  • Titre original : Belgrado. Canta lengua el misterio del cuerpo glorioso
  • Date d'écriture : 2007
  • Date de traduction : 2009

La pièce

  • Nombre d'actes et de scènes : 13 scènes
  • Nombre de personnages :
    • 9 au total
    • 6 homme(s)
    • 2 femme(s)
  • Durée approximative : 3h00
  • Domaine : protégé

Édition

  • Edité par : Editions Théâtrales
  • Prix : 14.50 €
  • ISBN : 978-2-84260-406-6
  • Année de parution : 2010
  • 112 pages

Résumé

La Serbie à l’heure des funérailles de Slobodan Milosevic. Une mosaïque de voix pour dire la douleur, la colère, la violence, la misère, la haine, le vide, les frustrations et les contradictions : tel est le principe sur lequel repose cette pièce d’Angélica Liddell, dans laquelle la souffrance collective est aussi douleur intime. Les personnages qui se rencontrent, à la faveur d’une enquête menée par l’un des personnages pour le compte de son père, sont à l’image du pays qu’ils habitent ou qu’ils visitent : meurtris jusque dans leur chair. Les filiations, plus qu’un repère, sont un tourment. Et les rencontres, plus qu’un échange, sont un affrontement ou un règlement de comptes. La décomposition d’un pays devient déconstruction du texte : les voix s’enchaînent sans jamais vraiment parvenir à se répondre. Le langage est cru, souvent dérangeant car, dans les textes d’Angélica Liddell, les mots qui sont assénés sont parfois ceux que l’on ne veut pas entendre.

Regard du traducteur

Voir le résumé.