Au-delà les étoiles sont notre maison

de Abel Neves

Traduit du portugais par Jorge Tomé et Alexandra Moreira da Silva

Écriture

  • Pays d'origine : Portugal
  • Titre original : Além es estrellas sa? a nossa casa
  • Date d'écriture : 1998
  • Date de traduction : 2002

La pièce

  • Genre : Drame
  • Nombre de personnages : dont homme(s) et femme(s)
  • Création :
    • Période : Mars 2001
    • Lieu : Teatro da Malaposta - Lisboa
  • Domaine : protégé : Sociedade Portuguesa de Autores
  • Lecture publique :
    • Date : 23 mars 2002
    • Lieu : Studio théâtre de la Comédie Française, Paris

Édition

Résumé

L'œuvre est constituée de 30 textes courts (monologues, pièces à deux, trois ou cinq personnages) dont sept ou huit suffisent à créer un spectacle. Des compositions multiples sont donc possibles. Les histoires parlent ou traitent de solitudes, d'amoureux, de rencontres. L'absurde et les images abstraites côtoient les contes populaires.

Regard du traducteur

La structure très particulière de Au-delà les étoiles sont notre maison suppose de la part du traducteur un regard attentif sur les éléments, les personnages voire les situations qui, n'étant pas exactement les mêmes, reviennent dans plusieurs textes avec de très subtiles modifications. Ce sont ces éléments qui permettent d'établir le lien entre les différents textes et donc d'organiser différentes compositions de spectacles.

Les personnages se trouvent souvent sur le fil du rasoir, tiraillés entre farce et fragilité. S'ils ont les pieds sur terre, leurs pensées et leurs sentiments se projettent dans un espace autre, toujours en quête d'harmonie et d'absolu. La réalité quotidienne cherche à imiter le grand ordre du cosmos. D'où les nombreuses références à l'univers (étoiles, planètes, galaxies). Par conséquent, le discours de ces personnages se trouve aussi sur le fil du rasoir, entre le dit et le non-dit. Le silence, ou plutôt une parole silencieuse, y prend largement place. Il faut donc la faire entendre sous les mots, la laisser résonner car elle est omniprésente, en suspension permanente. Le sens, il faut donc aller le chercher dans le rythme, un rythme qu'on appellerait "cosmique", qui organise la parole et anime le discours. Il est important de bien distinguer langue théâtrale et langue quotidienne. En effet, les éléments quotidiens sont souvent surdimensionnés. Ils acquièrent une importance telle qu'ils dépassent la banalité pour introduire des effets d'étrangeté dans un discours qui cherche un espace entre le poétique et le quotidien.

Dans Au-delà les étoiles sont notre maison, il est question de cette infinité entre le vivre et le dire, dont parlent G. Dessous et H. Meschonnic, qui fait précisément la spécificité de l'humain.