Raides

de Karin Mainwaring

Traduit de l'anglais par Jean-Pierre Richard et Vincent Hugon

Avec le soutien de la MAV

Écriture

  • Pays d'origine : Australie
  • Titre original : Stiffs

La pièce

  • Genre : Comédie
  • Nombre d'actes et de scènes : acte I : 5 scènes - acte II : 3 scènes
  • Décors : 2 décors différents : la rue et la maison (qui se compose du séjour et de la chambre de Mavis)
  • Nombre de personnages :
    • 5 au total
    • 1 homme(s)
    • 4 femme(s)
  • Création :
    • Période : 1993
    • Lieu : Adelaïde
  • Domaine : protégé

Édition

Résumé

Pour racheter la perte d'un sac d'héroïne qu'ils ont égarés, Angélique et Lester, un couple de drogués, se voient confier la t‚che de planquer une grosse quantité de drogue. Angélique suggère d'enterrer la marchandise dans le même cercueil que Mavis, sa mère, à l'article de la mort. Malheureusement, Mavis semble se remettre.

Regard du traducteur

Raides est une comédie à la fois très noire et brillante, à double fond.
Autour du dealer Lester et d'Angélique, sa petite amie qu'il prostitue, la pièce paraît d'abord opposer le monde de la rue et un univers domestique dominé par la figure d'une vieille dame mourante entourée de ses trois filles (dont Angélique).
Le jeu va et vient d'un monde à l'autre, jusqu'à dissiper le contraste apparent entre les deux décors et faire qu'ils se confondent.
L'écriture dramaturgique est ici millimétrée : rien, ni dans les jeux de scène, ni dans le ton ou le rythme des répliques, n'est laissé au hasard ; en même temps, l'auteur introduit une part déstabilisante d'aléatoire, n'hésitant pas à prêter de temps à autre à tel ou tel personnage des propos qu'il est seul à pouvoir comprendre.
Tout bouge très vite. Le dialogue est du vif argent, saute d'un registre à l'autre, d'une humeur à l'autre. Depuis la création des Danseurs de la pluie, à Paris au Vieux-Colombier, en 2001, on sait que Karin Mainwaring a l'art du grand écart stylistique : la mise en circuit du langage cru et d'une extrême sophistication verbale produit une énergie peu commune.
Farce métaphysique, pastiche du vaudeville, débauche d'imagination, cette pièce iconoclaste et hilarante électrise. Le théâtre de Mainwaring est une expérience radicale : le spectateur a le sentiment de se rapprocher de l'existence, de pouvoir saisir ce qu'elle a, "dans la vie", d'insaisissable. Raides semble réinventer, à l'australienne, en mêlant désespérance et infinie tendresse, un théâtre de l'absurde.