Extase et Quotidien

de Rebekka Kricheldorf

Traduit de l'allemand par Mathieu Bertholet

Écriture

  • Pays d'origine : Allemagne
  • Titre original : Alltag und Extase
  • Date d'écriture : 2012
  • Date de traduction : 2014

La pièce

  • Genre : comédie satirique
  • Nombre d'actes et de scènes : 15 scènes, un prologue et un épilogue
  • Décors : Appartement de Janne ; maison solaire de Sigrun ; appartement de Günther ; un hall d’aéroport ; une place de jeu ; un Biergarten ; sur l’Everest ; un cimetière. Intérieur de Katia.
  • Nombre de personnages :
    • 7 au total
    • 4 homme(s)
    • 3 femme(s)
  • Durée approximative : 1h40
  • Création :
    • Période : 17 janvier 2014
    • Lieu : Deutsches Theater Berlin
  • Domaine : protégé

Édition

  • Edité par : Actes Sud Papiers
  • Prix : 18.00 €
  • ISBN : 978-2-330-05449-6
  • Année de parution : 2015
  • 160 pages

Résumé

Janne est un jeune homme moderne dans la quarantaine. Tous les jours, il fait quelque chose de sa vie. Il se fabrique un Moi optimisé, il s’interroge sur ses motivations et dissèque tous ses choix de consommation pour y mettre à jour les restes d’un manque de réflexion.
Katja, son ex, dépassée par l’éducation de leur fille River, cherche un peu de chaleur auprès de princes charmants successifs et se réconforte dans son amitié inextinguible avec la mère de Janne, Sigrun. Sigrun en a marre des hommes et de leur virilité dominatrice, elle a donc décidé de continuer sa vie sans eux. Le père de Janne, Günther, ethnologue globe-trotter, a dépassé ses préjugés chrétiens et euro-centrés et fête volontiers, au grand dépit de son fils coincé, quelques rituels exotiques dans leur salon.
Alors qu’arrive en Allemagne le petit ami japonais de Günther, leur Moi fièrement construits se mettent à vaciller. Tous les membres de cette petite famille moderne sont à la recherche d’un moment d’extase, d’un dépassement de leur Moi, parce qu’après tout, jusqu’ici, personne n’a jamais été si bien dans son Moi...

Regard du traducteur

Rebekka Kricheldorf est experte des méchantes satires sociales. Dans une société qui défile à toute vitesse à côté de nous, elle plonge avec Extase et Quotidien dans les méandres absurdes que nous empruntons pour assouvir notre désir de rituels et notre besoin de profondeur.