Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles

de Joan Yago

Traduit du catalan par Laurent Gallardo

Écriture

  • Pays d'origine : Espagne - Catalogne
  • Titre original : Entrevistes breus amb dones excepcionals
  • Date d'écriture : 2016
  • Date de traduction : 2019

La pièce

  • Genre : drame
  • Nombre d'actes et de scènes : 7 scènes
  • Décors : Une scène de théâtre.
  • Nombre de personnages :
    • 8 au total
    • 2 homme(s)
    • 6 femme(s)
    • dont une voix off
  • Durée approximative : 80 mn
  • Domaine : protégé

Édition

Cette traduction n'est pas éditée mais vous pouvez la commander à la MAV

Résumé

Dans cette œuvre, l’auteur délaisse délibérément l’intrigue au profit d’une organisation minimaliste de la matière dramatique : comme le titre l’indique, chacune des cinq scènes de la pièce prend la forme d’un entretien mené par une voix d’homme (situé dans le hors-scène) avec une femme dont l’existence s’avère hors du commun en cela qu’elle rompt, d’une manière ou d’une autre, avec une certaine norme sociale.

Le texte s’ouvre sur le portrait de Natalia Yaroslavna, mannequin ukrainienne ayant consacré sa vie à la quête de la perfection physique jusqu’à devenir le sosie parfait de la poupée Barbie. Loin d’être une énième victime d’un consumérisme effréné, le personnage développe une pensée relevant de la méditation transcendantale qui l’amène à élaborer une théorie de la réincarnation justifiant en dernière instance cette quête de la perfection dont elle a fait le crédo de sa vie. L’existence de Natalia Yaroslavna semble ainsi répondre à une servitude volontaire d’autant plus captivante qu’elle brouille toute tentative de jugement primaire. C’est d’ailleurs sur le mode du paradoxe que Joan Yago se plaît à construire ses personnages, provoquant chez le spectateur une désorientation qui l’oblige à se défier de ses propres certitudes.

Il en va de même avec Susan Rankin, représentante du comté de Clark à l’Assemblée du Nevada qui, au nom du conservatisme libertaire – idéologie fondée sur la liberté individuelle, l’égalité des chances et le respect de la Constitution américaine – défend à la fois le mariage homosexuel et la libéralisation du port d’arme aux Etats-Unis. C’est un autre paradoxe qu’illustre le portrait de Roberta Flax, designeuse industrielle ayant mis son talent au service du projet Initiative 2045, regroupant des scientifiques et des ingénieurs du monde entier afin de créer une technologie permettant de transférer la conscience humaine vers des dispositifs artificiels et atteindre ainsi l’immortalité. Une telle recherche suppose néanmoins que la réalité s’efface au profit d’un univers virtuel où l’être humain perdrait sa dimension corporelle. Dans ce nouveau monde, la condition humaine est-elle toujours de mise ? En d’autres termes, la quête d’immortalité n’implique-t-elle pas nécessairement une perte d’humanité ? La plongée dans la science-fiction permet ainsi à Joan Yago de pousser sa réflexion sur l’identité vers un questionnement global qui nous interpelle en cela qu’il fait écho à la dérive techniciste de notre propre société.

Dans l’entretien qui suit, c’est un portrait troublant que brosse le dramaturge, celui de Rose Mary Powell, écolière de 6 ans et pionnière du mouvement trans-âge. Avant d’assumer pleinement son identité, Rosie était un employé de banque et un père de famille exemplaire, qui décida un jour de laisser dernière lui un passé de mensonges pour vivre au grand jour sa vraie vie de petite fille. Afin de s’accepter comme telle, Rosie a été suivie par une psychologue qui, reconnaissant son identité réelle, n’hésita pas à l’adopter. Rosie fait désormais partie de la famille Powell et vit en compagnie de ses parents et de sa petite sœur Hoppy. Loin d’être la projection scénique d’une figure caricaturale, le personnage permet de mettre au jour la complexité même de la question de l’identité aux prises avec la réalité et le désir.

C’est sur un mode semblable que fonctionne le portrait de Glenna Pfender, agricultrice lesbienne dont la peau est devenue totalement bleue. Dans cette dernière scène, Glenna est accompagnée de Jacky Pfender, son épouse, et du docteur Nancy Sayderman. A en croire celle-ci, le cas de Glenna constitue une aberration médicale car, c’est à force de consommer à fortes doses de l’argent colloïdal, que sa peau a pris la couleur bleue. Comment justifier une telle consommation ? Selon Glenna, ce traitement aurait un effet positif sur son état de santé général malgré les nombreuses contre-indications dont il fait l’objet. Le docteur évoque, dans le cas de Glenna, la possibilité d’une addiction d’autant plus étrange que le produit n’est pas addictif. Elle insiste aussi sur le fait que la consommation à fortes doses d’argent colloïdal entraîne une présence de métaux lourds dans les organes pouvant avoir de graves conséquences sur la santé de Glenna. Pourtant, au lieu de convaincre la jeune femme, les arguments avancés par le médecin entraînent une remise en cause du discours scientifique. Sa réaction semble justifiée par le fait que son expérience avec l’argent colloïdal démontre le contraire. Voyant qu’elle accepte les risques liés à la consommation abusive du produit, le médecin émet une dernière hypothèse : il se pourrait bien que Jacky, l’épouse de Glenna, soit, elle aussi, en danger étant donné la présence surélevée de l’argent colloïdal dans le corps de sa compagne. Si Jacky semblait s’accommoder du principal effet secondaire lié à la consommation du produit – la couleur bleue de Glenna –, elle se sent soudainement prise au piège d’un choix de vie radical qui n’est pas le sien. Dans cet ultime entretien, l’auteur se plaît ainsi à décliner jusqu’à l’infini les paradoxes qui définissent à la fois notre rapport à l’identité et à autrui. Le jugement moral laisse alors place à une volonté de comprendre l’autre et, par la même occasion, de saisir la complexité qui nous habite.

Regard du traducteur

Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles constitue à n’en pas douter une œuvre formellement minimaliste qui nous touche par sa nature empathique. La pièce rappelle à bien des égards les Conversationals portraits de Truman Capote. On y retrouve une sensibilité semblable qui échappe à tout jugement moral. La différence dont autrui est porteur devient alors, pour Joan Yago, le miroir déformant où se reflète notre propre différence. L’œuvre nous invite ainsi à ausculter les paradoxes dont nous sommes, nous-mêmes, pétris et qui, ce faisant, nous rendent sensibles à la différence d’autrui.